Slogan

Marché de l’Assainissement en Afrique

PSMBV

RESUME DU PROJET DE DISSEMINATION AU BENIN, CAMEROUN ET COTE D’IVOIRE

1. Contexte et Justification du Projet :

Dans la plupart des pays en voie de développement, le secteur de l’assainissement affiche toujours et encore des indicateurs très critiques, malgré la volonté exprimée par les décideurs politiques lors du somment des Nations Unies tenu en 2000, et traduite dans le Programme dénommé ‘OMD’. Les partenaires financiers des pays de l’Afrique Subsaharienne et de l’Asie du Sud Est, ont soutenu activement cet effort visant à réduire de moitié la population n’ayant pas accès à des services et installations sanitaires répondant aux standards de base, mais à l’heure actuelle, plus d’une dizaine d’années plus tard, le constat est toujours amer, que ce soit en zone urbaine ou en zone rurale.

Certes, les besoins financiers n’ont pas été à la hauteur des ambitions nationales, certes les politiques d’assainissement n’ont pas su ou pu mobiliser les financements nécessaires pendant cette période, certes les ressources affectées à ces programmes d’assainissement n’ont pas toujours atteints les résultats escomptés dans les délais impartis, …les raisons de ces échecs sont multiples et variées. Aujourd’hui, un consensus est largement partagé pour introduire de nouvelles approches favorables à une accélération croissante des indicateurs.

Celles-ci reposent sur 4 principaux leviers :

  • une offre technique orientée vers une rentabilité du service,
  • une demande canalisée vers des standards de base acceptables,
  • une politique de régulation du service favorable à la majorité de la population et enfin,
  • une implication du secteur privé dans un marché de plus en plus structuré.

Cette approche, testée dans le cadre du programme de structuration du marché des boues de vidange lancé à Dakar, au Sénégal, par l’ONAS en 2011, grâce au soutien financier et technique de la Fondation Bill & Melinda Gates, a atteint des résultats forts encourageants. Bon nombre de pays du continent et hors du continent y ont d’ailleurs exprimé un vif intérêt dans le cadre de visites ou lors des rencontres internationales tenues depuis lors.

Pendant la même période, la Fondation Bill & Melinda Gates lançait un programme de recherche axé sur la filière de l’assainissement autonome en encourageant : i) la conception de nouvelles toilettes, ii) la conception de nouveaux camions de vidange (Omni-ingestor), iii) la conception de nouvelles installations de traitement des boues de vidange (Station Biogaz en cours de construction au Burkina).

Fort de ces différents modèles et expériences, et de l’intérêt croissant exprimé par les pays confrontés à une filière de l’assainissement peu organisée, il est apparu stratégique de répliquer cette approche en Afrique Subsaharienne dans au moins trois capitales des trois pays de l’Afrique subsaharienne (Bénin, Cameroun, Côte d’Ivoire) sous le pilotage du Cabinet EDE International.

2. Le But :

Le but du projet est d’améliorer la santé des populations à travers une dynamique d’extension de l’accessibilité à des services d’assainissement de qualité financièrement abordables pour les populations urbaines de pays subsahariens.

Par ailleurs, ce projet ambitionne de transformer la filière de l’assainissement en secteur marchand à travers l’introduction de nouvelles technologies de traitement des boues de vidange couplé aux déchets solides, l’implication du secteur privé via des partenariats public-privé (PPP) et la valorisation des sous produits issus du traitement des déchets (boues de vidange et déchets solides).

3. Objectif du projet :

L’objectif principal du projet est d’assister les pays bénéficiaires pour améliorer l’hygiène et les conditions de vie des habitants à faibles revenus en favorisant l’accès à un service d’assainissement de qualité et à moindre coût ainsi qu’à des ouvrages d’assainissement appropriés.

  • De manière spécifique, l’assistance technique permettra:
  • D’améliorer les services offerts dans le secteur de l’assainissement autonome ;
  • D’améliorer la gestion du service de collecte et de transport effectués par les opérateurs privés ;
  • D’augmenter la demande en service de vidange mécanique en améliorant l’accès à l’information et la prise de conscience à l’échelle des ménages ;
  • D’améliorer l’accès aux stations de traitement boues de vidange ;
  • De favoriser l’implication du secteur privé dans le cadre de Partenariat Public Privé notamment pour la gestion des stations de boues de vidange;
  • D’améliorer l’accès à un assainissement amélioré

4. Bénéficiaires du projet :

Grâce à ce programme, la dynamique impulsée sera favorable à au moins quatre catégories de bénéficiaires :

1ère catégorie : Les populations actuellement non desservies de manière satisfaisante :

La grande majorité de la population urbaine des capitales des pays bénéficiaires appartienne jusqu’à ce jour à des usagers mal ou non desservis en matière d’assainissement liquide et solide. Ils sont confrontés de fait aux risques sanitaires, aux conflits sociaux et aux risques environnementaux. Grâce à ce programme, les usagers seront non seulement informés du programme d’amélioration des services mais bénéficieront progressivement de ces progrès, ce qui sera favorable à l’amélioration des conditions de vie au sens large du terme.

De plus, les produits issus du traitement des boues de vidange et déchets solides, entraîneront chez le consommateur aussi bien des comportements favorables à l’environnement et à l’hygiène que des améliorations des revenus.

2ème catégorie : Les professionnels des services publics en charge de l’assainissement urbain

Le retard actuellement constaté dans les connaissances se résorbera ; les professionnels du secteur développeront des savoirs, savoir-faire techniques et méthodologiques, des savoir-faire comportementaux aptes pour appréhender l’ensemble de la problématique de l’assainissement urbain liquide et solide favorable aux plus grand nombre des populations urbaines.

3ème catégorie: Les fournisseurs de service d’assainissement

Généralement appartenant au secteur privé informel, et occupant des métiers peu valorisés, ils acquerront une reconnaissance d’utilité publique ; ils seront consultés régulièrement grâce à leur organisation corporatiste. Ils auront également accès à des formations qualifiantes.

4ème catégorie : Les exploitants des nouvelles solutions industrielles

Grâce à ce programme, de nouveaux métiers vont émerger, répondant aux besoins des capitales des pays concernés. Cette éclosion de nouveaux savoir-faire engendrera bien entendu de nouvelles connaissances, mais aussi et surtout de nouvelles opportunités d’emploi et d’affaire. Les revenus issus de ces activités vont croître progressivement.